L’aventure du freelancing : 5 astuces pour se lancer

Ce n’est jamais le bon moment pour quitter son job n’est-ce pas ? La situation pourrait être pire ailleurs et, finalement, on n’est pas si mal loti. Comme vous, j’ai trop longtemps pensé comme ça. La peur de tout quitter, d’échouer et de se prendre un mur. Passer d’historienne à magicienne des mots : c’est toute l’aventure de ma reconversion. À travers l’expérience que j’ai pu vivre, je vous offre 5 conseils pour vous lancer sereinement en tant que freelance.

S’armer de patience

Rome ne s’est pas faite en un jour. Se lancer en freelance prend du temps, beaucoup de temps. On pense, à tort, qu’il suffit d’avoir une bonne offre et réaliser une opération commerciale massive pour que le chiffre d’affaires s’envole dès le 1er mois. Si seulement c’était si facile ! Il faut en effet beaucoup d’engagement et de patience

Personnellement, j’ai la chance d’avoir un compagnon spécialiste du web et de la création de site web. Nous avons pu travailler ensemble sur l’élaboration de Prosa. Et je sais que c’est un atout non négligeable. Quand on se lance dans l’aventure, on a beaucoup d’idées, on est gonflé à bloc et on a envie de faire ses preuves. Et lorsque l’on se frotte à la réalité, on se rend vite compte que ce n’est pas si facile que ça en a l’air.

Tout vient à point à qui sait attendre !

Définir son identité visuelle, créer un site web et savoir l’alimenter, concevoir une bonne stratégie sur les réseaux sociaux pour augmenter sa visibilité ou se faire connaître en mettant en place une newsletter. Eh bien, ça en fait des choses ! Comme la plupart des freelances, on se lance souvent seul(e) dans l’aventure. On est alors face à ses doutes, ses questionnements et on a tendance à s’éparpiller, à vouloir tout explorer. Croyez-moi, le mieux c’est de se faire accompagner 🤝.

Ne pas rester seul(e)

Personnellement ou professionnellement, le soutien est indispensable ! Il l’est d’autant plus quand on se lance dans le challenge qu’est le freelancing. Pour ma part, j’ai choisi un trio de choc : un réseau pro dédié à mon statut d’auto-entrepreneure, une formation pour être au top niveau et un compagnon en or côté perso.

Sachez qu’il existe des organismes qui aident et accompagnent les créateurs et repreneurs d’entreprise. Je pense notamment à la CCI, à la BGE ou même à Pôle Emploi. J’ai fait appel à la BGE proche de chez moi. C’est un soutien administratif et stratégique important. Une information sur votre statut, votre fiscalité ou encore les aides auxquelles vous avez droit ? Vous pouvez vous tourner vers ces organismes, ils sont là pour ça 👌 !

Se former, encore et toujours

Que nous ayons une année ou dix ans d’expérience, je pense qu’il est nécessaire de se perfectionner en continu. Le monde actuel est en perpétuelle évolution et il faut être à l’affût des nouveautés et des innovations. J’ai décidé de me former au Copywriting auprès de l’organisme LiveMentor, une mine d’or d’informations. Ils dispensent un accompagnement qui vous aide à avancer et à prendre confiance en vous. Je vous conseille d’ailleurs de faire appel à une fantastique coach : Nathalie Maréchal Lainé. Elle sait trouver les mots justes, pertinents et valorisants. Elle m’a beaucoup aidée dans mon parcours de création d’entreprise.

On parle beaucoup de business et de réseau professionnel. Pourtant, le soutien d’un proche est une force que l’on n’imagine pas toujours. Pensez à vous entourer de personnes optimistes qui croient en vous et vous motivent au quotidien. C’est pour moi l’ingrédient essentiel pour réussir votre reconversion. Sans carburant, on ne va pas bien loin 🚀 !

Connaître son WHY !

Simon Sinek l’explique clairement dans son intervention lors d’une conférence TED : « les gens n’achètent pas ce que vous faites, mais pourquoi vous le faites. L’intérêt, ce n’est pas de faire du business avec ceux qui ont besoin de votre produit, mais avec ceux qui croient en ce que vous croyez ». Il y a de fortes probabilités pour que d’autres proposent déjà le même produit/service que vous. Ce qui importe donc c’est votre authenticité, vos valeurs, ce qui vous différencie de vos concurrents. Quel est votre but ? Quelles sont vos convictions 🤔 ? 

La réponse est en vous

On vous a déjà posé cette fameuse question « Pourquoi tu te lances en freelance ? ». Les réponses les plus fréquentes sont « pour être libre » ou « pour gagner mon propre argent ». Seulement, ce ne sont pas des raisons suffisantes pour voir fleurir votre business pour le long terme. Il faut creuser plus profondément au fond de vous pour savoir ce qui vous motive au quotidien, ce qui vous fait vibrer. Et c’est à cela qu’il faut vous raccrocher. C’est ainsi que vous pourrez fédérer et rallier vos prospects à « votre cause », à votre « why ».

Je me suis lancée en tant que rédactrice web et copywriter pour : permettre à mes clients de se démarquer (valoriser leur ligne éditoriale), apporter une réponse aux exigences actuelles (UX, SEO), pour booster de beaux projets et les mettre en lumière. Pour moi, chaque entreprise possède un potentiel à valoriser. Pour vous mettre sur la bonne piste, posez-vous ces questions : pour quoi mon client est-il prêt à payer (mon talent, mon expertise, mon service, mon expérience, mes outils, mes connaissances, etc.) 💡 ?

Avoir les bons outils

Je ne prétends pas avoir la liste exhaustive de tous les outils possibles et imaginables pour se lancer en tant que freelance. Je partage simplement avec vous les plus pertinents à mon sens, ceux qui rythment mon quotidien :

S’organiser au quotidien

Pour la gestion de la facturation, je vous conseille vraiment Freebe. C’est un logiciel entièrement dédié aux freelances. Il est intuitif, facile à comprendre et très bien rodé. Vous avez d’ailleurs un essai gratuit de 30 jours, de quoi le tester de fond en comble !

Comment s’y retrouver dans une liste d’outils divers et variés ? Pour moi, il n’est pas nécessaire de s’encombrer d’une multitude de logiciels. On risque de s’y perdre. Je vous en conseillerai trois : Trello (pour la planification de vos tâches, votre tableau de bord, votre calendrier éditorial), Google Calendar (pour gérer vos missions, vos rendez-vous et événements) et Google Docs (pour la rédaction de vos contenus). Ils sont gratuits et simples d’utilisation : c’est parfait pour débuter !

Les indispensables 

Si vous travaillez sur WordPress, le plugin « Yoast SEO » est vraiment la base. Il vous permet de choisir vos métadonnées, le visuel que vous voulez attribuer à la description, définir la requête cible et configurer vous-même le slug de votre URL.

Toujours utiles pour débuter en tant que freelance, il existe des plateformes qui vous permettront de proposer vos services et d’arrondir vos premiers mois. Je pense notamment à Freelance.com, 404works ou encore la plateforme Coworkees, une plateforme originale et collaborative.

Autres outils SEO à garder sous la main : « Ubersuggest » par Neil Patel et « Answer The Public » pour vous donner des idées de mots-clés, élargir votre recherche pour les requêtes à cibler.

Besoin de visuels percutants ? Pour obtenir des images libres de droit, je vous conseille « Pexels » ou « Unspalsh ». Pour vos icônes, vous pouvez parcourir les sites de «Flaticon» et d’«Iconstore ». Si vous désirez une signature de mail professionnelle et design, rien de mieux que le générateur proposé par « Hubspot ». Tous ces outils sont gratuits et faciles d’accès.

Trouver son équilibre

N’attendez pas que les autres vous disent que vous avez trouvé votre équilibre. C’est à vous de le découvrir au fur et à mesure. À côté de l’organisation de votre temps, je pense qu’il est primordial de vous créer votre propre environnement, réservé exclusivement à votre activité. « Ce n’est pas toujours évident quand on a plusieurs enfants à charge, l’entretien de sa maison à gérer » allez-vous me dire. Il est également vrai que l’on a pas toujours l’espace nécessaire. 

L’idéal, c’est d’aménager ne serait-ce qu’un petit espace (un bureau, une table, le coin salon si vous le souhaitez) pour favoriser votre productivité et votre confort. Sans vous séparer physiquement de la maison, pensez à vous en détacher mentalement. Mettez un casque pour écouter de la musique ou des podcasts, visualisez des posts inspirants sur les réseaux sociaux 🌟. Je pense pour ma part à Sophie Chastanet et Catherine Testa qui, grâce à leurs publications, m’aident à relativiser et m’apportent la petite dose d’optimisme dont j’ai besoin.

Un fonctionnement qui vous est propre

Aussi bienveillants soient-ils, les avis de nos proches, de notre réseau, compliquent nos décisions. Ils sont certes importants, mais il ne faut pas les laisser nous envahir. Les craintes, les peurs que les autres projettent sur nous ont des répercussions assez négatives. Vous ne voulez pas travailler le week-end pour vous consacrer à vos proches ? Vous êtes plus actif le soir que le matin ? Vous préférez travailler en extérieur dans un parc ? Vous avez totalement raison !

Le freelancing permet de nombreuses libertés et, surtout, de s’écouter. Et cela fait un bien fou ! Prenez le temps de connaître votre fonctionnement, votre routine. Vous n’avez pas besoin de vous conformer aux habitudes des autres professionnels de votre secteur. Il n’y a pas de « technique miracle et infaillible » pour être le/la plus performant(e).

Affirmez votre valeur, développez votre réseau pour vous ouvrir aux autres et apprenez à vous écouter en travaillant sur vous-même. Voilà les ingrédients qui vous aideront à établir une activité saine et viable 😌.

Je finirais par une petite dose d’optimisme : faire preuve de courage, c’est avant tout oser être soi-même dans un monde qui vous oblige à être quelqu’un d’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *